Nous utilisons des « cookies propriétaires » indispensables au bon fonctionnement du site et de notre système d'information. Le refus de ces cookies techniques peut avoir un impact sur le bon enchainement des pages et la pertinence des contenus affichés.

Nous utilisons aussi des « cookies tiers » pour analyser l'origine de nos visiteurs. Le refus de ces cookies tiers n'a pas d'impact sur votre expérience d'utilisateur.

Dans tous les cas, nous ne monétisons pas vos données personnelles qui ne sont ni revendues ni échangées.

En savoir plus...

Refuser
Refuser les cookies tiers
Accepter
Préférences cookies
Partager
Fermer
Partager

PEA de capi : qu'est-ce qu'un PEA de capitalisation ?

Cette page répond notamment aux questions suivantes :
Qu'est-ce qu'un PEA de capitalisation ?
Le PEA de capitalisation comment ça marche ?
Comment fonctionne un PEA de capi ?


Le PEA de capitalisation, également appelé « PEA de capi », est une enveloppe fiscale qui permet de cumuler les avantages fiscaux du PEA bancaire en matière d'imposition des revenus et des plus-values de valeurs mobilières, et ceux du contrat de capitalisation en matière de transmission (donations possibles).


Personnes éligibles au PEA de capitalisation

Comme pour le PEA bancaire, seuls les contribuables personnes physiques ayant leur domicile fiscal en France au sens de l'article 4B du Code Général des Impôts peuvent ouvrir un PEA de capitalisation.

Il s'agit des personnes majeures :

  • qui ont en France leur lieu de séjour principal ;
  • qui exercent en France leur activité professionnelle principale (quelle que soit leur nationalité) ;
  • qui ont en France le centre de leurs intérêts économiques ;
  • qui sont agents de l'Etat en poste à l'étranger et qui ne font pas de déclaration fiscale dans leur pays d'accueil.

Une même personne ne peut être titulaire que d’un seul PEA (il ne peut en aucun cas être titulaire de 2 PEA, même dans l’hypothèse où son conjoint ou partenaire n’en détiendrait pas). L'ouverture de plusieurs PEA par une même personne est sanctionnée par la clôture de tous ses plans et par la perte de tous les avantages fiscaux liés au PEA. Un PEA ne peut avoir qu’un seul titulaire, ce qui exclut la détention de PEA via un compte joint, en indivision ou en démembrement de propriété (il n’est pas non plus possible de démembrer les titres figurant sur le PEA), contrairement à un contrat de capitalisation.

Les personnes morales, quel que soit leur régime fiscal, ne sont pas autorisées à ouvrir un PEA.

Remarque : à compter du 20 mars 2012, le transfert du domicile fiscal hors de France du titulaire du PEA n’entraîne plus automatiquement la clôture du plan (sauf si transfert vers un Etat ou un territoire non coopératif). Les produits et plus-values générés sont alors exonérés d’impôt sur le revenu, dans les mêmes conditions que pour les résidents de France. Il conviendra alors de se référer au traitement fiscal applicable dans le nouvel État de résidence.

La date d'ouverture du PEA de capitalisation est celle du premier versement sur le plan, et non celle de la signature du contrat si elle est différente. Cette ouverture est déclarée à l'administration fiscale par la compagnie d'assurance.


Cas particulier : « PEA Jeune » pour les enfants majeurs rattachés

A compter du 24 mai 2019 et l'entrée en vigueur de la loi Pacte, les enfants majeurs fiscalement rattachés au foyer fiscal d'un contribuable, ou les personnes invalides à charge (en l'application du 3 de l'article 6 du Code Général des Impôts) peuvent détenir un PEA mais le plafond de versement est alors plus faible (20 000 €) pendant la période de rattachement.

Cette disposition ne concerne que le PEA « classique », l'accès au PEA PME-ETI reste réservé aux seuls contribuables.

Avant le 24 mai 2019, les enfants fiscalement considérés comme à charge ou rattachés au foyer fiscal du contribuable (qu’ils soient mineurs ou majeurs) ne pouvaient en aucun cas détenir de PEA (en effet, ils n’ont pas la qualité de contribuables et sont à charge ou rattachés au foyer fiscal d’un contribuable), ce que confirme l’administration fiscale dans sa doctrine D. adm. 5 I-471 du 1er décembre 1997. L’ouverture d’un PEA à leur nom nécessitait donc de les sortir du foyer fiscal dont ils font partie ; en pratique, l’ouverture d’un PEA est possible dès le 1er janvier au titre de l’année où ils ne font plus partie du foyer fiscal en question.


Versements sur le PEA de capitalisation

Les versements ne peuvent être fait qu'en numéraire (pas de transfert de titres pour alimenter un PEA de capitalisation).

Il n'existe aucune obligation de versement minimum, ni de rythme de versement imposé. Les versements sont plafonnés à 150 000 € par PEA de capitalisation (comme pour les PEA bancaires).

Les dividendes réinvestis dans le PEA de capitalisation ne sont pas pris en compte pour apprécier ce plafond de versements.


Fonctionnement du PEA de capitalisation

Il se présente sous la forme d’un contrat de capitalisation investi en unités de compte. Les fonds sont nécessairement placés sur une ou plusieurs unités de compte éligibles au plan dès l’ouverture de ce PEA de capitalisation (contrairement au PEA « bancaire », il n’est pas possible de laisser les fonds sur un compte espèces). Le PEA de capitalisation n'a pas de compte espèces associé. Il doit être investi en permanence sur des supports en unités de compte, ce qui est possible au centime d'euros près grâce au système de fractionnement des unités de compte pratiqué par les compagnies d'assurance.

En principe, le retrait de titre(s) ou le rachat sur un PEA de moins de 5 ans entraîne la clôture du plan.

Par exception, depuis le 24 mai 2019 (loi Pacte) le plan n'est pas clôture en cas de retrait avant 5 ans si le retrait :

  • est réalisé en vue de financer dans les 3 mois suivants la création ou de la reprise d'une entreprise, Toutefois, dans ce cas, aucun versement ultérieur n'est possible.
  • ou résulte du licenciement, de l’invalidité telle que prévue aux 2° ou 3° de l’article L. 341-4 du Code de la Sécurité Sociale ou de la mise à la retraite anticipée du titulaire du plan ou de son époux ou partenaire de PACS. Dans ce cas, il semble qu'aucun versement ultérieur ne soit possible, mais la loi est muette à ce sujet.
  • ou résulte de l'ouverture d'une procédure de liquidation judiciaire à l'encontre de la société dont les titres sont retirés. Ce retrait est sans frais, et dans ce cas, des versements ultérieurs sont possibles, dans la limite du plafond.

Remarque : Avant le 24 mai 2019 (entrée en vigueur de la loi Pacte), tout retrait de titre(s) ou rachat avant 8 ans entraînait la clôture du PEA (sauf retrait en vue d'une création ou reprise d'entreprise). Depuis le 24 mai 2019 (loi Pacte), le plan reste ouvert (le retrait sur un PEA de plus de 5 ans n'entraine pas la clôture du plan) et des versements ultérieurs peuvent être faits (dans la limite des plafonds autorisés). De nouveaux versements peuvent être effectués ultérieurement.

Un décret en date du 5 février 2020 et entré en vigueur le 1er juillet 2020, pris dans la continuité de la loi Pacte, précise le plafonnement des frais des PEA et PEA PME-ETI.

La loi Pacte du 22 mai 2019 a instauré le plafonnement des frais prélevés par les établissements détenteurs de PEA et PEA PME.

Un décret en date de 5 février 2020 et entrée en vigueur le 1er juillet 2020, précise les montants et les plafonds des frais applicables aux titulaires de plans. Les frais visés sont les suivants :

  • Pour les frais d’ouverture du plan ou frais de dossier : limités à 10 € ;
  • Pour les frais de tenue compte ou de gestion : plafonnés annuellement à 0,4% de la valeur du plan ;
  • Pour les frais de transaction : limités à 0,5% du montant de l’opération si réalisée par voie dématérialisée, contre 1,2% dans les autres cas ;
  • Pour les frais liés au transfert du PEA : limitation à 15 € par ligne d’actions détenues, 50 € pour des titres non-cotés, sans jamais pouvoir excéder 150 €.


Transférabilité du PEA de capitalisation

Un PEA de capitalisation peut à tout moment être transféré vers un autre établissement :

Un PEA de capitalisation peut être transféré vers une compagnie d'assurance et prendre alors la forme d'un PEA bancaire, ou inversement : un PEA de capitalisation peut être transféré vers une banque (ce qui clôture le contrat de capitalisation mais pas le PEA).

Contrairement au PEA bancaire où les titres peuvent être transférés, le transfert d'un PEA de capitalisation consiste obligatoirement en un virement d'espèces, les titres devant être préalablement cédés.

Comme pour les PEA bancaires, le transfert ne peut pas être partiel.

L'opération de transfert n'a aucune incidence sur la date d'ouverture ou sur l'exonération des produits capitalisés.

Les sommes versées sur un PEA de capitalisation doivent être utilisées pour souscrire des supports en unités de compte éligibles au PEA (donc détenir au moins 75% de titres de sociétés ayant leur siège au sein de l'Espace Economique Européen), et autorisées par la compagnie d'assurance auprès de laquelle le contrat est souscrit.







Plus d'informations ?

Adhérent de la Chambre Nationale des Conseils en Gestion de Patrimoine
Logo Chambre Nationale des Conseils en Gestion de Patrimoine
Lauréat 2016 de la meilleure lettre d’information Clients
Logo Distrib Invest / Les Coupoles 2018
Lauréat 2017 du Championnat
des CGPI en allocation d’actifs
Logo du Championnat des CGPI en allocation d’actifs
Lauréat 2020 - Trophée Or du meilleur cabinet de conseil en gestion de patrimoine
Logo Sommet patrimoine performance 2020
Classement 2016 à 2021 des meilleurs indépendants du patrimoine situés à Paris
Logo Leaders League
Site authentifié et sécurisé par Sectigo (certificat SSL)
Logo société Sectigo
Copyright © 2002-  
All rights reserved
Suivez-nous :