Les rendements des emprunts d'Etat allemands et français ont suivi le même mouvement dans l'heure et dans les jours suivants et les marchés d'actions se sont repliés.
Les derniers indicateurs publiés pour la zone euro tels que le climat des affaires, le moral des consommateurs, la croissance du crédit aux ménages et aux entreprises, sont effectivement bien orientés. Le sentiment économique atteint un plus haut depuis dix ans, a 111,1 points contre 109,2 le mois précédent. Enfin, l'agrégat M3 de la masse monétaire, qui constitue un indicateur avancé, accélère sa progression qui atteint + 5% sur un an.
Pour autant, l'inflation, confirmée par Eurostat à 1,4% sur an glissant au mois de mai poursuit son ralentissement. La première estimation publiée ce jour pour le mois de juin est de 1,3%.
Ce fléchissement est principalement lié à la baisse des prix pétroliers, qui accusent maintenant un repli de 20% depuis le début de l'année. Les efforts des pays membres de l'OPEP et de la Russie notamment sont neutralisés par le jeu inverse des producteurs américains de pétrole de schiste qui tirent parti d'un prix de revient abaissé par les progrès techniques et par le coût amélioré de leurs prestataires de services.
De plus, le scénario de la reflation qui prenait corps après l'élection de Donald Trump est remis en question. Les marchés sont contraints de réviser le bien fondé de leurs anticipations optimistes lié à son programme de relance budgétaire et de réforme fiscale qui aujourd'hui sont au point mort.
Hormis sur les cours du pétrole et sur le dollar, qui a annulé toute sa hausse depuis le mois de novembre 2016 et la récente réaction après le discours de Mario Draghi évoquée ci-dessus, les marchés sont restés dans un régime de très faible volatilité. Certains observateurs s'en inquiètent mais les séries statistiques du passé, mises en avant par quelques Sociétés de gestion, démontrent le fait qu'un régime de faible volatilité peut durer assez longtemps.
Un autre fait marquant sur la fin du mois concerne le marché des actions chinoises avec l'annonce de l'entrée prochaine de 222 titres de grande capitalisation du marché A (cotés à Shanghai et à Shenzhen) dans l'indice MSCI des marchés émergents (dont la pondération dans l'indice représentera 0,73%), puis à compter de juin 2018 dans l'indice MSCI ACWI (All Countries World Index). Un pas de plus vers le capitalisme financier et les normes internationales, de gouvernance plus rigoureuses notamment.
Par ailleurs, sur le marché japonais, les marges des entreprises progressent nettement, portées par la demande domestique. Ceci, indépendamment du Yen qui n'est plus orienté à la baisse et qui avait été le principal vecteur de soutien du marché.
La plupart des autres marchés d'actions marquent le pas ces dernières semaines et commencent à manifester leur doute à l'égard de la nouvelle administration américaine. En zone euro, malgré la reprise économique et la résorption du risque politique, confirmée par nos élections législatives, les marchés sont dans l'attente de nouveaux catalyseurs. Les publications prochaines des résultats des entreprises pour le premier semestre pourraient procurer ce nouvel élan.
Enfin, la vague de forte chaleur que nous retiendrons sur ce mois de juin a mis en exergue les défis d'une gestion durable des ressources en eau. Selon l'ONU, notre planète pourrait accuser un déficit considérable d'ici 2030. Ce défi majeur implique de nombreux investissements sur toute la chaine de valeur de l'eau. Les fonds investis en actions d'entreprises relevant de cette thématique et que nous utilisons de façon structurelle dans nos allocations, participent à cette démarche.
En ce début de période estivale, pendant laquelle les volumes d'activité sur les marchés sont moindres, dans un contexte de valorisations généreuses sur le marché directeur américain, il nous semble préférable de préconiser à nouveau une mesure de prudence.
Achevé de rédiger le 30 juin 2017
"> Les rendements des emprunts d'Etat allemands et français ont suivi le même mouvement dans l'heure et dans les jours suivants et les marchés d'actions se sont repliés.
Les derniers indicateurs publiés pour la zone euro tels que le climat des affaires, le moral des consommateurs, la croissance du crédit aux ménages et aux entreprises, sont effectivement bien orientés. Le sentiment économique atteint un plus haut depuis dix ans, a 111,1 points contre 109,2 le mois précédent. Enfin, l'agrégat M3 de la masse monétaire, qui constitue un indicateur avancé, accélère sa progression qui atteint + 5% sur un an.
Pour autant, l'inflation, confirmée par Eurostat à 1,4% sur an glissant au mois de mai poursuit son ralentissement. La première estimation publiée ce jour pour le mois de juin est de 1,3%.
Ce fléchissement est principalement lié à la baisse des prix pétroliers, qui accusent maintenant un repli de 20% depuis le début de l'année. Les efforts des pays membres de l'OPEP et de la Russie notamment sont neutralisés par le jeu inverse des producteurs américains de pétrole de schiste qui tirent parti d'un prix de revient abaissé par les progrès techniques et par le coût amélioré de leurs prestataires de services.
De plus, le scénario de la reflation qui prenait corps après l'élection de Donald Trump est remis en question. Les marchés sont contraints de réviser le bien fondé de leurs anticipations optimistes lié à son programme de relance budgétaire et de réforme fiscale qui aujourd'hui sont au point mort.
Hormis sur les cours du pétrole et sur le dollar, qui a annulé toute sa hausse depuis le mois de novembre 2016 et la récente réaction après le discours de Mario Draghi évoquée ci-dessus, les marchés sont restés dans un régime de très faible volatilité. Certains observateurs s'en inquiètent mais les séries statistiques du passé, mises en avant par quelques Sociétés de gestion, démontrent le fait qu'un régime de faible volatilité peut durer assez longtemps.
Un autre fait marquant sur la fin du mois concerne le marché des actions chinoises avec l'annonce de l'entrée prochaine de 222 titres de grande capitalisation du marché A (cotés à Shanghai et à Shenzhen) dans l'indice MSCI des marchés émergents (dont la pondération dans l'indice représentera 0,73%), puis à compter de juin 2018 dans l'indice MSCI ACWI (All Countries World Index). Un pas de plus vers le capitalisme financier et les normes internationales, de gouvernance plus rigoureuses notamment.
Par ailleurs, sur le marché japonais, les marges des entreprises progressent nettement, portées par la demande domestique. Ceci, indépendamment du Yen qui n'est plus orienté à la baisse et qui avait été le principal vecteur de soutien du marché.
La plupart des autres marchés d'actions marquent le pas ces dernières semaines et commencent à manifester leur doute à l'égard de la nouvelle administration américaine. En zone euro, malgré la reprise économique et la résorption du risque politique, confirmée par nos élections législatives, les marchés sont dans l'attente de nouveaux catalyseurs. Les publications prochaines des résultats des entreprises pour le premier semestre pourraient procurer ce nouvel élan.
Enfin, la vague de forte chaleur que nous retiendrons sur ce mois de juin a mis en exergue les défis d'une gestion durable des ressources en eau. Selon l'ONU, notre planète pourrait accuser un déficit considérable d'ici 2030. Ce défi majeur implique de nombreux investissements sur toute la chaine de valeur de l'eau. Les fonds investis en actions d'entreprises relevant de cette thématique et que nous utilisons de façon structurelle dans nos allocations, participent à cette démarche.
En ce début de période estivale, pendant laquelle les volumes d'activité sur les marchés sont moindres, dans un contexte de valorisations généreuses sur le marché directeur américain, il nous semble préférable de préconiser à nouveau une mesure de prudence.
Achevé de rédiger le 30 juin 2017
" />
En poursuivant votre navigation sur ce site vous acceptez l'utilisation de cookies (en savoir plus et les paramétrer) à des fins statistiques et pour vous proposer des services et contenus personnalisés.
OK
V5.3.9

Nos commentaires sur les marchés

Vous trouverez sur cette page nos analyses et commentaires sur les marchés. Cette rubrique est actualisée sur la base d'un rythme mensuel, sauf événement particulier.

Rappel Immédiat

Être rappelé
par un conseiller

Demandez Conseil

Nous vous indiquerons
les solutions adaptées
à votre situation

Envoyer
Adhérent de la Chambre Nationale des Conseils en Gestion de Patrimoine
Lauréat 2017 du Championnat
des CGPI en allocation d’actifs
Classement 2019 des meilleurs indépendants du patrimoine situés à Paris
Lauréat 2016 de la meilleure lettre d’information Clients
Site authentifié et sécurisé par Symantec (certificat SSL)
Copyright © 2002-  
All rights reserved
Suivez-nous :